Pourquoi Hapki ?

L’Haptonomie

La kinésiologie 

HAP ?

L’Haptonomie (du grec hapto: « entrer en contact » et « nomos: » la norme, l’éthique ») est au cœur de cette formation.

HAPKI© incarne pour moi l’opportunité de partager mon expérience en tant que sage-femme, par les connaissances et la compréhension que j’ai pu acquérir sur le terrain hospitalier. Mais c’est aussi et avant tout, les beaux échanges et les découvertes que les bébés et leurs parents m’ont offert dans ces rencontres « Haptonomiques ». C’est à travers un toucher léger empli de tendresse et d’amour que les jeux commencent et que le bébé reconnaît ses parents.

Au fil de ce merveilleux parcours, j’aime à dire que ce sont ces bébés qui m’ont révélé cette nouvelle possibilité de langage. Le langage du coeur que ces petits êtres connaissent parfaitement. Grâce à leurs partages, j’ai modifié et développé mon accompagnement qui ne correspond plus tout à fait à ce que l’on m’a enseigné.

Aujourd’hui, je me sens prête à transmettre tous ces acquis, ces découvertes « magiques » qui visent à établir cette relation privilégiée à 3, empreinte de sécurité affective. Grâce à Nathalie, cette pratique s’est enrichie de la kinésiologie, qui a apporté sa précision ainsi qu’une autre ouverture d’échanges et de potentiels. Ensemble, nous sommes fortes de toutes ces expériences que nous souhaitons faire connaître afin de les offrir par votre intermédiaire à une multitude de futurs parents et futurs bébés. Cette approche animée de respect reconnaît enfin leur intelligence affective.

Myriam Carette

KI ?

Ki (du grec ancien: kinésiologie: « science du mouvement ») approche psycho-corporelle basée sur le test musculaire. Grâce à ce biofeedback du corps, nous pouvons être facilitateur, traducteur et accompagnateur du bébé et de sa maman.

Dans mon cabinet de kinésiologue, j’accompagne les personnes vers plus de compréhension d’elles même, et pour cela, nous allons apaiser les blessures du passé. Nous mettons en lumière des événements passés, des perceptions devenues croyances limitantes.

Très souvent, les premières perceptions du monde datent de notre vie intra-utérine ou de notre naissance. C’est au creux de notre mère que notre conscience, notre corps, nos émotions prennent vie, s’unissent, fusionnent. Puis c’est de cette matrice nourrissante que nous nous propulsons vers notre vie, notre projet.

Si nous pouvons, dès ce stade, accompagner émotionnellement l’enfant et ses parents, alors je crois que nous lui permettons d’arriver dans la vie avec plus d’assurance, de sécurité affective et surtout de se sentir aimé parce que compris.

Comprendre bébé, c’est libérer les blocages de la petite graine, qui deviendra grande.

Nathalie Moraud